C'était il y a un an : la journée du départ, le 11 février 2011

FacebookTwitterGoogle+Partager

Fin de matinée.

Génial.. la rédaction du journal pour lequel j’avais trouvé un fixeur au Caire juge la situation trop dangereuse et renonce à envoyer leur journaliste…

Grande prière du vendredi

15:30 on me signale dans l’oreillette que Moubarak a quitté le Caire avec sa famille. Destination inconnue. C’est donc ça. Il n’a plus de Président que le titre, n’a plus de pouvoirs, il se casse en vacances.

Environ 17:00 Des manifestants font le siège du Palais présidentiel depuis quelques heures. Ils savent que Moubarak ne s’y trouvent pas mais c’est pour le symbole, pour sortir de Tahrir, pour faire monter la pression d’un cran. Le Palais est protégé par des chars, les canons menaçant tournés vers la foule. Et tout d’un coup, les canons bougent, ils se détournent des manifestants. Pour les manifestants, c’est un signe, une grande clameur s’empare de l’assemblée. Des cris de joie, des applaudissements. Pour eux, l’armée est de leur côté, elle annonce en faisant cela, qu’elle ne tirera jamais sur les manifestants.

17:39 Autres scènes absolument extraordinaires devant la TV d’Etat. Le bâtiment super protégé par la garde présidentielle est assiégé par une foule de manifestants. Un présentateur est descendu à la rencontre des manifestants qui veulent tous parler dans son téléphone et être diffusé en live sur la TV. Ils sont furieux, et ils le disent. Il y a désormais plus de discours anti-Moubarak sur la TV d’État que sur Al-Jazeera.

18:06 IL EST PARTI IL A DEMISSIONNE

C’est ce que j’ai cru au début, ce n’est que quelques minutes plus tard que je comprendrais qu’il a été forcé de démissionner.

Les félicitations fusent sur mon Facebook pourvant se résumer « Bravo les Egyptiens, on vous souhaite des jours meilleurs. »

On entend les klaxons, dehors, des pétards explosent. Distribution de bonbons dans tout l’immeuble. Europe 1 appelle, je suis très émue, ils ont coupé plein de choses : tant mieux… Radio Canada appelle aussi. Pour un direct, mais il me font patienter un peu, ce qui me permet de retrouver un certain calme. L’interview est assez long, et se passe bien. Ensuite, je me met devant mon ordinateur et rédige Victoire et Dignité publié à 20:02.  Ce soir l’écriture est facile. Le texte est écrit en quelques minutes et sera à peine retouché.

Nous sortons d’abord en couple voir ce qui se passe au rond-point Hosari : une foule immense s’est déjà rassemblée. Non, ce n’est pas Tahrir, mais c’est chez moi. Le rond point central a été investi par de jeunes hommes qui ont escaladé la sculpture et qui dansent et chantent. Il y a plusieurs cracheurs de feu. Pour rendre la fête encore plus intéressante : la circulation n’a pas été coupée. Ceux qui choisissent de passer sont obligés de se joindre à l’ambiance en jouant du klaxons. Un camion « Rich Bake », la plus grosse boulangerie industrielle d’Egypte installée à quelques centaines de mètres passe. Des jeunes le prennent d’assaut et l’escaladent. Ils danseront sur le toit de la remorque tout le temps qu’il faudra au chauffeur pour s’extirper de cette foule en délire. Un pick up transportant des travailleuse passent. Les femmes (moyenne d’âge 40 ans) lancent des youyous et tapent des mains. C’est à la forte présence des femmes qu’on comprend que ce qu’on fête ici est bien plus important qu’une victoire de l’Egypte à la finale de CAN. Nous retournons chez nous pour récupérer notre fils, il faut qu’il voit ça. Ma fille ne veut pas venir, elle a encore peur. Mon fils a les yeux qui brillent. Nous rentrons. @smileendless (l’amie hébergée) m’appelle. Elle me demande ce qui se passe au 6 Octobre. Je lui dit que c’est la fête. « J’arrive ». Je repars une troisième fois avec elle et sa famille à Hosari. C’est tellement bon de voir le bonheur.

« Évidemment, le combat n’est pas fini. Évidemment, nous devrons être vigilants de ce que l’armée fera du pouvoir qui lui est confié. Évidemment, il y aura des dissensions entre ceux qui aujourd’hui sont si unis. Mais par pitié, laissez-nous ce soir célébrer notre joie, notre fierté d’avoir accompli ce que nous avons accompli et surtout laissez-nous célébrer notre dignité retrouvée. » « Victoire et Dignité » – Le Blog à Bécassine – 11 février 2011


Ce contenu a été publié dans #jan25, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>