#NoScaf : journée du 18 novembre

FacebookTwitterGoogle+Partager

Voilà une semaine que des affrontements violents ont lieu à Tahrir à l’endroit même où durant 18 jours, du 25 janvier au 11 février, les Égyptiens s’étaient retrouvés et avaient demandé la chute du régime qu’ils avaient obtenue.

J’ai passé beaucoup de temps à suivre les événements sur Twitter mais n’ai pas trouvé le temps d’en rendre compte ici. Je sais que beaucoup d’entre vous ne sont pas des Twitteurs ou Twitteuses et que même sur Twitter, on n’est pas forcément là au bon moment. J’ai donc décidé de remonter ma TimeLine (tous les tweets que j’ai postés durant cette semaine) pour les reporter ici. Je les ai plus ou moins édités, j’espère être pardonnée pour le sytle quelque fois lapidaire. Le but de Twitter c’est de dire des trucs cohérents en 140 caractères, par conséquent, les mots sont souvent tronqués. Mes tweets font souvent la synthèse de ce que j’ai pu lire en anglais dans les tweets d’autres personnes, mais aussi dans les journaux en ligne et éventuellement ce dont j’ai été témoin. Lorsqu’un témoignage ou un commentaire me semble pertinent, original ou au contraire parfaitement représentatif d’un état d’esprit perçu dans d’autres tweets, je le retweete, c’est-à-dire que je renvoie aux gens qui me suivent ce qu’a dit cette personne (un peu comme quand je clique sur ‘j’aime’ dans Facebook). Pour cet article, j’ai aussi inséré le témoignage direct ou les commentaires de ces personnes. Je n’indique que leur identité sur Twitter toujours précédée du signe @.

18 novembre

La manifestation du 18 novembre est un succès, très vite une foule énorme s’est rassemblée.

Pourquoi manifester ?

Le Conseil Suprême des Forces armées, au pouvoir depuis la destitution de Moubarak, a présenté un texte qui accorde à l’armée des pouvoirs étendus. Le texte prévoit ainsi de lui accorder toute latitude quant à la gestion de son budget et de ses affaires. De plus, l’armée se dit garante de la Constitution et semble ainsi se placer, aux yeux des Égyptiens comme une entité supra-constitutionnelle. Quand bien même elle délèguerait le pouvoir aux civils, ce texte lui permet de rester un contre-pouvoir incontournable. Insupportable pour les révolutionnaires du 25 janvier.

Qui a appelé à manifester.

A l’origine, ce sont les Salafistes et les Frères Musulmans qui ont lancé un appel à toute la population pour s’opposer au projet de l’armée. Chacun sa tribune, on a beau qualifier ces deux groupes d’islamistes, ils ne s’apprécient guère. Les témoins remarquent la très forte proportion de barbus sur la place. Mais ils ne sont pas les seuls. Les forces libérales les ont rejoint, le texte présenté par le CSFA représente tout ce contre quoi ils ont combattu lors du soulèvement du 25 janvier. Pour la première fois depuis la chute de Moubarak, on assiste à cette alliance sacrée des islamistes et des libéraux contre un ennemi commun. Un groupe manque, les communistes ont refusé de répondre à l’appel des Frères Musulmans et des Salafistes. Visiblement, les médias ont beaucoup mis l’accent sur les islamistes, comme s’ils étaient les seuls. C’est toujours plus « effrayant » et plus vendeur. Ils étaient certes nombreux mais pas les seuls. Sur Twitter, je suis très peu de sympathisants de Frères Musulmans, encore moins de Salafistes mais une bonne centaine de jeunes Egyptiens à tendance plutôt libérale. TOUS étaient sur Tahrir ou soutenaient sans réserve la manifestation.

Malgré la très forte mobilisation (et la présence des islamistes souvent présentés comme des excités), la manifestation s’est déroulée dans le calme, aucun débordement n’a été signalé. @ihoudaiby : c’est honteux que certaines personnes aient été intimidées en voyant les islamistes bien qu’ils aient été respectueux, tolérant et ont recherché le consensus.

La manifestation du 18 novembre est un gros succès. Photo partagée sur Twitpic par @JonathanRashad

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>